Vous êtes ici : Accueil Artistes 2012

GAYRAUD Pierre-Louis

Gayraud copie

La Sculpture est une passion solitaire. Je tiens donc à remercier tous ceux qui m'épaulent en chemin.

Pierre-Louis Gayraud est déjà connu du Paris des Arts et de la culture, pour être l'auteur de plusieurs buste de grands artistes Toulousains. Celui de son ami Ticky Holgado veille sur le sommeil de celui-ci au Père de Lachaise, celui de Claude Nougaro à Toulouse, celui de Serge Gainsbourg dans une galerie privée à Paris.
Né en 1947 à Rodez, son enfance se déroule d'abord au coeur de l'Afrique équatoriale. Le retour en France transite par le célèbre Lycée Pierre de Fermat à Toulouse, mais la fibre artistique et le hasard des rencontres, le conduisent aussitôt après, à exercer ses talents créatifs dans le domaine de la coiffure. Chemins escarpés de la période 68, Pierres-Louis joue des ciseaux comme plus tard de la palette des outils du sculpteur. Après un séjour à Saint Tropez, plusieurs salons seront successivement ouverts à Toulouse.
Comme souvent, les accidents de la vie, sociaux, affectifs, tirent la sonnette du destin. Son destin est ailleurs : un accident. Le repos forcé le conduit à la sculpture.
Toujours les mains, toujours le modelage anatomique, toujours une quête esthétique, mais désormais d'une toute autre ampleur: créer des visages, des corps, des expressions, faire éclore de nouvelles créatures.
Les encouragements d'Odile Mir, peintre sculpteur rencontrée inopinément chez un ami rassurent l'autodidacte. Ses premières créations ont valeur d'emblème « Engagement » est une sculpture-symbole, celle d'une allégorie fusionnelle exprimant Force, Tendresse, Complicité. Symbole de l'Engagement Amoureux.
La disparition de son ami Ticky Holgado l'engage sur la voie des bustes de personnalités aimées. L'oeuvre repose près de son modèle au père Lachaise dans la division 45, au côté de Marie Trintignant, Gilbert Bécaud, Sophie Daumier, Daniel Toscan du Plantier. La précision du trait, la justesse de l'expression des portraits intimes, conduisent les meilleurs professionnels à suggérer à Pierres-Louis, l'élargissement de ses sujets de création. Voici donc venir les souvenirs d'Afrique: Les grands fauves et animaux en tout genre.
Pourtant rien ne prédestinait Pierre-Louis GAYRAUD à ce beau destin de sculpture... sauf peut-être ses talents artistiques exercés dans d'autres domaines, et professionnellement dans la coiffure.
Aveyronnais, venant d'Afrique équatoriale, il était arrivé à Toulouse en 1959 et après des études au lycée Pierre de Fermat, il quitta d'abord la place du Capitole pour la place du Vigan à Albi. S'il procédait lui-même à sa coupe de - longs ! - cheveux, il ne pensait nullement faire carrière dans la coiffure. Pourtant, à 20 ans, il dirige déjà un salon et se fait remarquer par l'originalité d'un art empruntant davantage à la sensibilité et à l'intuition créatrice qu'à la technique quotidienne. Nous sommes en 1968, et c'est déjà un comédien, Michel Creton, qui le repère et lui propose de le suivre à Paris pour intégrer l'ORTF. La rencontre quasi conjointe avec Ticky Holgado aurait du le conduire à rejoindre celui-ci dans la « bande » à Johnny Hallyday, mais Pierre-Louis rêve alors d'Amérique. Il passe par Saint-Tropez où il joue les prestidigitateurs, fabriquant des fleurs en feutrine pour accessoiriser la chevelure. Bref passage par les salons parisiens Joffo, et c'est finalement la Ville rose qui sera le Théâtre de son exercice professionnel.
Mais la fantaisie reste présente : il est à l'origine d'une activité désormais classique : offrir des roses dans les restaurants. Son premier disciple étant un ingénieur agronome qu'il transforme en homme en noir et chapeau melon qui deviendra une silhouette familière des noctambules Toulousains...
Mais la coiffure est « une activité formidable à condition d'en sortir »; les aléas du destin le conduiront vers son vrai destin, qui passe par une réorientation professionnelle, et un changement de vie privée... et un accident.... le repos forcé lié à cet accident le conduit à la sculpture, aujourd'hui sa passion et l'axe de sa vie.
Autodidacte, chez des amis il rencontre Odile Mir qui l'encourage dans ses étonnantes créations. La première est baptisée « l'Engagement », titre qui vaut pour le créateur autant que pour l'oeuvre; deux êtres symbolisants une allégorie fusionnelle: celle du couple transcendé, exprimant force, tendresse, complicité... La réussite de cette oeuvre, aujourd'hui déposée, et miroir de tous ceux qui vont s'unir devant M. le maire, lui donne confiance pour sculpter le portrait de l'ami, Ticky, alors aux prises de la maladie. Sculpture aussitôt captée par Mika Shannon, les amis du Show-biz et veillant aujourd'hui sur le repos du modèle. Puis sculpture de Claude Nougaro, et nouvelle confiance émanant cette fois d'Hélène Nougaro...Pierre-Louis GAYRAUD est désormais tout à son oeuvre.

Gayraud

Lieu d'exposition : Chapelle Sainte Anne - La Baule-Escoublac

Vous êtes ici : Accueil Artistes 2012